Défendons Richard Stallman !

Leah Rowe

31 mars 2021

Introduction

Il y a 2 ans, le mal pensant Richard M Stallman fut accusé à tort de défendre le viol lors d’une campagne de dénigrement Orwellienne orchestrée par la presse traditionelle aux dépens des fournisseurs de logiciels libres. 36 années passées à lutter pour vos libertés numériques, passées à la trappe. Elle était si agressive qu’il démissiona de son poste de président de la Free Software Foundation. La FSF ne fit rien pour le protéger ou le défendre. Cependant, vous pouvez le défendre !

Le 21 mars 2021, le conseil d’administration de la FSF a réintégré Richard Stallman. En réponse, la presse a entamé une campagne de dénigrement. Une pétition a été créée, appelant à exclure RMS et tout le conseil d’administration de la FSF par la force. RMS a été accusé à tort de sexisme, de transphobie, de validisme et d’une myriade d’autres choses destinées à le discréditer. N’écoutez pas un mot de tout cela. Les notes politiques de Richard Stallman ainsi que ses articles donnent l’image d’un homme ayant ardemment fait campagne contre les préjugés sous toutes leurs formes !

En réponse, nous, le mouvement du logiciel libre, avons entamé notre propre pétition. Nous souhaitons que RMS garde son poste, et pour la FSF de tenir tête aux critiques. Nous appelons la FSF à défendre l’honneur et l’héritage de Richard Stallman. Richard Stallman est un être humain dont la libre parole a été lourdement enfreinte. Nous devons montrer notre soutien envers lui à la FSF, avec un message fort et clair.

Si vous soutenez le logiciel libre, croyez en la liberté d’expression, à la liberté d’association et en la justice sociale (la vraie, par laquelle une personne est traitée avec dignité et non dénigrée simplement pour ses croyances), signez ici:

https://rms-support-letter.github.io/

La pétition opposée appelant au retrait de Richard Stallman n’est pas mise en lien ici, car il est important de ne pas lui donner plus de force. Renforcer les résultats des moteurs de recherche pour notre opposant ne ferait que l’aider à attaquer RMS. De façon similaire, leur campagne de dénigrement ne sera pas mise en lien direct ici mais sera seulement condamnée !

Les instructions pour signer la pétition sont sur la page. Si vous représentez un projet, veuillez l’apposer à votre nom avec votre position entre parenthèses. Par exemple, si vous êtes John Doe et votre projet Foobar Libre, signez John Doe (Foobar Libre developer) or par ex. John Doe (Foobar Libre founder and lead developer). Si vous êtes membre de la FSF (ex. membre associé), indiquez-le également entre parenthèses.

Si vous êtes membre d’un projet ou d’une organisation ayant signé la liste anti-RMS, il est très important de l’apposer à votre signature sur la liste pro-RMS. Vous devriez également en discuter avec les gens dudit projet ou de ladite organisation et tenter de les convaincre de changer de position !

En plus de signer, si vous faiter partie d’un projet logiciel, faites que votre projet soutienne officiellement Richard ! Il a besoin de tout le sotien qu’il puisse trouver. Nous, mouvement du logiciel libre, en tant qu’activistes nous devons lui fournir toute notre force !

Ne soyez pas dupes. Si un projet de logiciel libre est sur la liste anti-RMS, cela ne reflète que la décision de sa direction. Cela ne dit rien des membres de l’organisation.

Contactez également la FSF par mél et signalez-leur que vous soutenez Richard ! Les coordonnées de la FSF sont disponibles ici : https://www.fsf.org/about/contact/?set_language=fr

Nos opposants veulent détruire le logiciel libre

La vraie cible de nos opposants n’est pas Richard Stallman ; il s’agit de détruire la FSF en l’infiltrant complètement (comme ce fut déjà le cas pour l’OSI et la Linux Foundation). Ces gens sont allés jusqu’à lancer une pétition en ligne appelant à exclure RMS de force et tout le conseil d’administration de la FSF à démissioner de leur poste. Il s’agit clairement d’une tentative de coup à l’encontre de la FSF ! Plusieurs projets de logiciels libres réputés ont rejoint l’inquisition anti-RMS de peur d’être dénigrés eux-mêmes. La liste attaquant Richard inclut des gens provenant de Microsoft, Google, l’OSI, la Linux Foundation, la Gnome Foundation et l’Ethical Source ! Ces gens sont idéologiquement opposés au logiciel libre (même si certains produisent des logiciels de temps en temps, pour des raisons autres que promouvoir les libertés numériques) et beaucoup d’entre eux cherchent à le détruire depuis des années ! Comment ces gens osent-ils nous représenter ?

La lettre d’opposition à RMS ne fait que parler, mais sans légitimité. Les gens sur cette liste ne nous représentent pas ! Si vous voyez de vrais développeurs de logiciels libres sur cette liste, veuillez leur parler. Nul besoin de haine ou de mépris, parlez-leur simplement : dites-leur qu’ils ont été dupés par une campagne de haine. Nous avons besoin d’unité dans notre mouvement. Comprenez : il est probable que beacoup de signataires de cette liste sont simplement sous la peur ; à la base, la pétition en faveur de RMS n’existait pas et le nombre de soutiens à RMS n’était donc pas connu. En d’autres termes, beaucoup de gens ont probablement signé la pétition anti-RMS de peur d’être exclus. C’est dû au fait que la dernière fois, nous étions pris par surprise. Nous nous étions tus la dernière fois, mais ce ne sera pas le cas cette fois-ci !

Le 31 mars 2021, à 02:50 (heure britanique), nous sommes en tête ! La lettre appelant à l’exclusion de RMS a 2959 signatures. Notre lettre soutenant et défendant RMS en a 4533 ! Cela correspond à un taux de sotien de 60 %, mais notre pétiton gagne en popularité bien plus vite alors que la pétition anti-RMS traine. Les gens comprennent qu’il est acceptable de soutener RMS parce que c’est le cas. RMS est innocent !

Richard Stallman est mon héros

Je crois fermement en l’idéologie du logiciel libre. Je suis fondatrice de Libreboot et sa développeuse en chef. Lorsque j’ai commencé à utiliser des logiciels libre dans mon adolescence au milieu des années 2000, les discours de Richard Stallman étaient d’une grande influence pour moi ; Richard a fondé le projet GNU en 1983 et la Free Software Foundation en 1985. J’ai aussi vu le film Revolution OS et ai lu La Cathédrale et le Bazar d’Eric Raymond. J’étais vite devenue fascinée mais c’était les articles de Richard sur le site web du projet GNU qui m’ont le plus inspirée. Pendant quelques années cependant, je me considérais comme supporter open source jusqu’à être plus attirée vers le camps du logiciel libre en 2009. J’avais travaillé en administration système et en support technique dans diverse entreprises, utilisant principalement des logiciels propriétaires tels que Windows, alors que chez moi j’apprenais la programmation sur GNU+Linux en autodidacte. Je détestais travailler sur des systèmes propriétaires, précisément à cause des restrictions qu’ils impliquaient par rapport aux systèmes que j’utilisais chez moi qui utilisaient diverse distributions de GNU+Linux (j’ai également bricolé avec OpenBSD). Quand j’ai passé mon A-level (NDT : équivalent du baccalauréat), j’étudiais l’informatique mais ils nous contraignaient à utiliser l’IDE propriétaire Visual Studio et C# ; je détestais ça, mais je faisais avec en utilisant Mono chez moi pour les devoirs. Il n’a pas fallu longtemps pour que je rejoigne la FSF en tant que membre associée en 2013 et que ma vie prenne un grand tournant, et Libreboot était une grande partie de ce tournant. Évidemment, je me bats pour éliminer toute dépendance à des logiciels propriétaires et je veux que les autres puissent jouir des mêmes libertés.

Les articles et les discours vidéo de Richard Stallman m’ont mise dans cette voie. J’ai rencontré l’homme à 5 reprises dans 3 pays différents.

À l’aube de l’informatique, la plupart (pour ne pas dire tous) des logiciels étaient partagés librement avec leur code source. Au début des années 80, quand les logiciels devenaient plus commerciaux, les entreprises rendaient leurs logiciels propriétaires, signifiant que les entreprises ne partageaient plus les codes sources ou ajoutaient des restrictions sur l’utilisation, le développement et le partage du logiciel. Cela signifiait que les utilisateurs d’ordinateurs n’avaient plus la liberté sur les logiciels qu’ils utilisaient ; lorsque le projet GNU a commencé en 1983, les logiciels libres n’existaient pas ! Richard Stallman, ayant la possibilité de gagner beaucoup d’argent en faisant des logiciels propriétaires, a résisté à cette tendance et a démarré le projet GNU pour créer un système d’exploitation complètement libre que les gens pourraient utiliser sur leur ordinateur.

Je crois au logiciel libre pour les mêmes raisons que je crois en l’éducation publique ; je crois que le savoir est un droit humain. Par exemple, je considère que tous les enfants ont un droit légitime d’apprendre les mathématiques. De même pour l’informatique. L’éducation est un droit humain. Je veux que tout le monde ait ces libertés ; le droit de lire, à une communauté et à la libre expression. La programmation est une forme d’expression, et je crois que toute bonne œuvre est fondée sur les œuvres d’autrui ; telle est la raison pour laquelle le droit à une communauté est d’importance critique. Les quatre libertés sont cruciales. Je suis une ardente supportrice du copyleft et j’estime qu’il devrait être obligatoire, par la loi, pour toute œuvre créative ou intellectuelle. J’utilise la GNU General Public License autant que possible et je milite fortement pour son adoption partout.

Le logiciel libre a encore une longue route à faire. La mission du projet GNU et du mouvement du logiciel libre est l’éradication des logiciels propriétaires dans le monde ainsi que l’exclusivité des logiciels libres. Il s’agit d’une mission des plus nobles que le projet Libreboot partage. Les sociétés telles qu’Apple et Microsoft nous résistent à chaque tournant. La logique est autement propriétaire ; les fabricants de puces et cartes informatiques restreignent fortement l’accès au savoir de comment le matériel fonctionne et mettent en place des DRM (telles que la signature cryptographique des firmwares) pour limiter notre progrès ; c’est pourquoi Libreboot a toujours un support très faible du matériel à la publication de cet article. Le droit à la réparation est une composante critique de notre combat, en particulier comme composante du mouvement OSHW (matériel libre) au sens large. Un autre problème auquel nous faisons face est la sérialisation des composants empêchant un composant d’être remplacé par un autre dans les appareils modernes ; le logiciel de l’appareil peut vérifier si le nouveau composant est authorisé et refuser de fonctioner si tel n’est pas le cas. Nous dans le mouvement des libertés numériques faisons constamment face à toutes sortes d’attaques, dans la loi et la technique. Les grandes compagnies technologiques utilisent toutes les crasses qu’elles peuvent pour mettre à mal nos efforts.

Sans les œuvres de Richard Stallman, Libreboot n’existerait pas. Toute œuvre est un dérivé dans une société humaine ; nous reposons sur les épaules de géants. Le projet GNU avait un système d’exploitation quasi complet et au final ne manquait plus qu’un morceau, le noyau ; ce program se situe au cœur du système d’exploitation, communiquant au matériel et allouant les ressources système, fournissant une interface sur laquelle les applications logicielles peuvent fonctionner. GNU avait entamé un noyau appelé Hurd mais il est toujours loin d’être complet en 2021. heureusement, un autre projet nommé Linux est apparu au début des années 90 et publié sous licence GNU GPL, signifiant que les gens pouvaient combiner um système GNU modifié avec Linux pour créer un système d’exploitation complet ; les premières distributions GNU+Linux naquirent ! C’est de là que notre mouvement, le mouvement du logiciel libre, a commencé et sans lui, je doute que nous ayons un tel accès aux libertés numériques aujourd’hui. Je ne peux imaginer un monde où ni Libreboot ni GNU n’existe.

Coreboot pourrait-il avoir existé sans GNU+Linux ? J’en doute très fort ! Il est possible que Linux en soi puisse avoir existé, mais aurait-il été devenu un logiciel libre ? Aurait-il atteint la notoriété qu’il a aujourd’hui ? Dans cette réalité, les projets BSD pourraient avoir décollé à la place, et auraient-ils eu la motivation de faire en sorte que tous les utilisateurs d’ordinateurs soient libres, ou auraient-ils simplement vu le code source comme référence pour usage instructif seulement ?

Comprenez, les travaux de Richard Stallman dans les années 80 étaient révolutionaires et sans eux, aucun d’entre nous n’en serait ici aujourd’hui. Les personnes en charge des grandes compagnies technologiques telles que Apple et Microsoft nous détestent et ont attaqué notre mouvement pendant des années. C’est là tout l’intérêt des attaques contre RMS. Ils se moquent de ce que Richard stallman a fait ou non.

Richard a été président de la Free Software Foundation depuis sa création en 1985, diffusant l’idéologie du logiciel libre à travers le monde ; du moins jusqu’à son dénigrement en 2019 dans la campagne la plus Orwellienne imaginable.

Toute personne familière avec Libreboot sait sans doute déjà tout ce qui précède ou du moins les grandes lignes, alors pourquoi parler de la FSF, GNU et Richard Stallman aujourd’hui ? À cause de quelque chose de très sinistre en train de se dérouler.

Ne me croyez pas sur parole. Stephen Fry, un utilisateur de GNU+Linux réputé, a réalisé la vidéo suivante en 2008 pour louer le projet GNU et soutenir le logiciel libre :

https://yewtu.be/watch?v=P_mS4CIXcLY

si ça ne charge pas chez vous, essayez ce lien : https://invidious.snopyta.org/watch?v=P_mS4CIXcLY

RMS n’est PAS transphobe

Je m’entends bien avec Richard depuis des années. J’ai effectivement eu une embrouille (publique) avec lui il y a quelques années, mais nous nos sommes réconciliés. Il m’a toujours respectée.

Lorsque mon projet, Libreboot, était en train d’intégrer GNU, je ne m’étais pas dévoilée comme trans. Je l’ai fait peu avant que Libreboot ne devienne GNU Libreboot. RMS a basculé vers she/her (NDT : pronoms personnels féminins) avec moi en un éclair. Acucn problème.

Certains ont cité l’article suivant, suggérant qu’il est transphobe : https://stallman.org/articles/genderless-pronouns.html

En particulier, ils croient que RMS refuse d’utiliser les bons pronoms des gens. Ils croient que RMS est transphobe en disant per/perse (NDT : pronoms personnels neutres non-standards) au lieu de they/them (NDT : pronoms personnels neutres standards).

Laissez-moi vous dire quelque chose :

Richard m’a personnellement envoyé un brouillon de cet article ainsi qu’à d’autres. Je lui ai à plusieurs reprises supplié de ne pas utiliser per/perse quand il l’a suggéré. Je lui ai suggéré d’utiliser they/them pour parler de quelqu’un de façon générique. Lorsqu’il a décidé d’utiliser per/perse, j’étais dérangée mais pas offensée ; comprenez, je considérais ça comme idiot. Sans aucun doute, they/them est compris par tous et minimiserait les méprises.

L’inconsciance n’est pas de la transphobie. Si vous communiquez vos pronoms préférés à Richard, il les utilisera avec vous sans hésiter.

Plusieurs de mes amis sont trans et parlent également avec Richard, souvent par mél. Il respecte également leurs pronoms.

Ironiquement, le projet GNU a les directives suivantes concernant les pronoms : https://www.gnu.org/philosophy/kind-communication.fr.html - cf : https://www.gnu.org/philosophy/kind-communication.fr.html#f1

Aucune transphobie. Aucune. Les mêmes conneries per/pers. Ce n’est pas transphobe, c’est juste stupide. Je n’ai pas été mégerée par les autres développeurs GNU lorsque mon projet, Libreboot, faisait partie de GNU. Qualifier RMS de transphobe est une insulte aux personnes souffrant de réelle transphobie.

Informations contextuelles

Je pourrais aborder toutes les accusations faites contre lui, mais d’autres articles l’ont déjà fait ; ces articles sont bien mieux écrits que tout ce que je pourrais espérer écrire, alors veuillez cliques sur les liens ci-dessous.

Je ne ressens pas le besoin de réinventer la roue. Tout le but de cet article était d’exprimer mon soutien à Richard Stallman et de défendre son honneur. Il aura fait son temps un jour et il mérite que cela vienne naturallement. En revanche, il peut encore considérablement nous apporter !

Les articles suivant décrive plus ou moins précisément ce qui s’est produit depuis septembre 2019 lorsque les évènements concernant Richard Stallman ont commencé :

https://www.wetheweb.org/post/cancel-we-the-web

Voici un autre article exprimant un soutien à Richard qui inclut également des détails à propos des évènements :

https://jorgemorais.gitlab.io/justice-for-rms/

Cette vidéo de DistroTube fournit également un excellent récit des faits :

https://odysee.com/@DistroTube:2/mob-mentality-threatens-the-free:b

Dénoncer nos opposants pour ce qu’ils sont vraiment

Notre problème dans la défense de Richard Stallman est que les opposants au mouvement du logiciel libre ont appris à co-opter la langue. Ils savent parler et usurper les couleurs, mais ne soyez pas dupes : leurs actions et leurs intentions ne reflètent pas l’idéologie qu’ils prétendent représenter ! Parmi eux figurent effectivement des activistes et organisations du logiciel libre ayant été égarés ou ayant d’autres raisons d’opposer RMS ; mon attention n’est pas sur ces gens, mais je peux espérer que certaines de ces personnes changeront d’avis si elles lisent ce que j’ai à dire !

Je n’approuve pas la cancel culture. Certaines de ces personnes essayeront probablement de me dénigrer mais je ne leur ferait jamais la même chose. Cet article entier vise seulement à défendre RMS contre les campagnes de dénigrement. À cette fin, nous allons examiner certaines des personnes sur la liste anti-RMS.

J’ai dit que je ne mettrais pas la liste anti-RMS en lien direct, alors j’afficherai simplement son URL ci-dessous sans en faire un lien hypertexte (cela évite d’amplifier les résultats des moteurs de recherche). Regardez les noms sur cette liste :

https://rms-open-letter.github.io/

Ne soyez pas dupes ! Le mouvement open source n’est pas la même chose que le mouvement du logiciel libre ! L’article suivant détaille les différences entre open source et logiciel libre : https://www.gnu.org/philosophy/open-source-misses-the-point.fr.html

Je me concentrerai sur les gens dans la liste principale des signataires et parlerai des organisations particulières (ou autres noms) sur cette liste. Certaines sont par aillers des personnes raisonables (signifiant qu’elles ont été probablement égarées), alors que certaines sont répugnantes.

Venons-en de suite aux faits :

Red Hat retire ses financements de la FSF

Red Hat a annoncé, en réponse à la réintégration de RMS à la FSF, qu’il retirait son financement de la FSF. Ils ont rejoint la campagne de dénigrement habituelle.

De nos jours, Red Hat appartient à la compagnie de logiciels propriétaire réputée IBM. Leur distribution GNU+Linux d’entreprise est fournie avec de nombreux logiciels propriétaires et ils informent activement à leurs utilisateurs comment en obtenir plus ; ils ne participent en rien à l’avancement du logiciel libre et ne le considèrent simplement que comme quelque chose dont ils peuvent se servir. Ils ne croient pas en l’idéologie de la FSF. Plus d’informations : https://www.redhat.com/fr/ibm

Très récemment, Red Hat a mis fin à CentOS. CentOS était une édition communautaire de RHEL avec un grand soutien de la communauté. En d’autres termes, Red Hat a activement pris une décision heurtant la communauté. Pour plus d’informations : https://arstechnica.com/gadgets/2020/12/centos-shifts-from-red-hat-unbranded-to-red-hat-beta/

Regardez ça : https://www.ibm.com/products/software

Cette compagnie a-t-elle l’air d’en avoir quelque chose à faire du logiciel libre ?

Pourquoi se soucier des idées de Red Hat ? S’ils retirent leur financement, cela fait une influence néfaste en moins ! Red Hat ne croit pas au logiciel libre (ils croyaient peut-être à l’open source dans le passé, mais cette époque est probablement révolue depuis longtemps maintenant qu’ils ont été rachetés par IBM).

La connexion OSI−Microsoft

OSI est l’acronyme de Open Source Initiative. Il s’agit d’une organisation lancée comme cousine de la Free Software Foundation dans le but de rendre le logiciel libre plus attrayant pour les grandes corporations. Plus d’informations sur l’OSI ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Open_Source_Initiative

Il paraît qu’une image vaut mille mots :

De gauche à droite, leurs noms (tous de prominents dirigeants et influenceurs de l’OSI), où la gauche est votre gauche et leur droite, sont :

À l’arrière : Faidon Liambotis, Chris Lamb, Simon Phipps, Allison Randal, Molly de Blanc, Patrick Masson

À l’avant : Josh Simmons, VM Brasseur, Carol Smith, Italo Vignoli, Richard Fontana.

Toutes ces personnes ont beaucoup d’influence sur l’OSI. Plusieurs sont d’anciens présidents.

Rien ne vous paraît bizarre ? Regardez où ils sont. La photo provient de cet article de presse : http://techrights.org/2020/01/15/osi-board-at-microsoft/ (archive : http://web.archive.org/web/20200121042512/http://techrights.org/2020/01/15/osi-board-at-microsoft/)

Microsoft est un sponsor majeur de l’OSI. L’OSI elle-même a un article sur son site web mentionant cela : https://opensource.org/node/901 (archive : http://web.archive.org/web/20201112022740/https://opensource.org/node/901)

Lorsque votre organisation dépend de grands financements par des compagnies telles que Microsoft (ayant vigoureusement attaqué le logiciel libre et l’open source pedant des années), vous allez perdre de vue certains de vos idéaux. Vous allez perdre une partie de cette étincelle que vous aviez en vous. Vous commencerez à fair ce que vos donnateurs vous disent de faire de peur de perdre ces financements. Au fil des années, Microsoft a mis ses pattes dans ce qu’ils considèrent open source ; en réalité, c’est simplement de l’openwashing (comme du whitewashing, mais avec la perspective open source), et les produits phares de Microsoft tels que Windows sont toujours hautement propriétaires ! Microsoft fait toujours ardamment campagne pour votre manque de libertés en restreignant de plus en plus d’ordinateurs avec des technologies telles que Secrue Boot et les firmwares signés cryptographiquement.

Alors si Microsoft a haï Richard Stallman pendant des années et cherché à l’annéantir pendant des années, et si Microsoft a une influence financière sur l’Open source Initiative, une organisation ayant une certaine crédibilité avec le jargon du logiciel libre, ne serait-ce pas l’idéal pour Microsoft ? Imaginez-vous à la place de Microsoft. Ne vous jetteriez pas sur l’occasion ? Dites-moi que je ne serais pas la seule.

Même si Microsoft n’était pas étroitement lié à l’OSI, celle-ci aurait-elle légitimité à utiliser la langue du logiciel libre en affirmant faire partie de notre communauté ? L’open source ne fait pas partie du mouvement du logiciel libre ! C’en est un concurrent idéologique.

L’ironie du sort :

L’OSI a récemment banni Eric S Raymond (co-fondateur de l’OSI) de ses listes mél suite à ses commentaires défendant l’OSI contre l’infiltration par le mouvement Ethical Source et contre les codes de conduite oppressifs qui musèlent la liberté d’expression. Malgré leur nom, les licenses Ethical Source sont ne sont pas libres car elles imposent des restrictions sur l’utilisation des logiciels ; si l’auteur d’un tel logiciel désapprouve vos opinions politiques, il peut vous interdire de l’utiliser. C’est mal ! Les gens tels que Coraline Ada Ehmke (dirigeante du mouvement Ethical Source) essayaient d’influencer l’OSI pour réécrire la définition d’open source. La vidéo suivante fournit plus d’informations :

https://odysee.com/@DistroTube:2/founder-of-open-source-is-banned-by-open:7

Dans le cas de l’OSI, ils ne laisseront probablement jamais Eric revenir ; mais même si je désapprouve l’open source (je suis une activiste du logiciel libre), l’open source n’est pas une mauvaise chose en soi, il a just des manquements idéologiques ; les gens d’Ethical Source tels que Coraline Ada Ehmke sont prêts à causer des dégats considérables s’ils gagnent la lutte (ils ont déjà infiltré plusieurs projets de logiciels libres ou open source en leur introduisant des codes de conduite ; Libreboot a récemment abandonné le sien qui n’était autre que le Contributor Covenant de Coraline).

Tout le monde devrait envoyer un mél de support à Eric Raymond. Il a fait la bonne chose. Dites-lui que c’est important pour vous. Je n’ai jamais rien entendu d’horrible en particulier à son propos. C’est une personne fort sympathique et raisonable ; sociable et naturalle tout en étant respectueuse (à mon avis, ayant lu certains de ses articles), ce qui est plutôt rassurant.

Employés de Microsoft

Oui, des employés de Microsoft figurent sur la liste anti-RMS.

Qu’est-ce que ces gens ont y gagnent à nous faire la morale sur les idéaux du logiciel libre ou les affaires de la FSF ?

Microsoft est un ennemi mortel du mouvement du logiciel libre. Microsoft n’est pas assez inconscient pour signer la liste en tant qu’entreprise car ce serait fatal pour la campagne anti-RMS ; à la place, ils utilisent leur corruption de diverses organisations prétendant nous représenter.

Si j’étais Microsoft, je demanderais à ces personnes de se radier de la liste. Il est un obstacle à l’effort contre RMS d’avoir de telles personnes dans la liste même s’il ne s’agit que de quelques personnes.

Aucune de ces personnes ne semble être haut-placée dans Microsoft. Je tendrais à penser qu’ils ont signé indépendamment, sans ordre particulier. Aucun dirigeant de Microsoft n’ayant toute sa tête ne voudrait Microsoft listé sur cette page de quelqe façon que ce soit !

Gnome Foundation (en connexion étroite avec Microsoft)

NOTE : Ne pas confontre la communauté Gnome avec la Gnome Foundation. Ce sont deux choses très différentes !

Il y a deux connexions très connues entre les membres de la Gnome Foundation et Microsoft. Voici un article :

http://web.archive.org/web/20200607212123/http://techrights.org/2020/06/07/gnome-board-of-directors-2020/

Ils essayent d’attaquer RMS depuis des années :

http://techrights.org/2021/01/12/gnome-foundation-rms/

Alors bien sûr, il n’est pas crédible pour ces gens de s’exprimer au nom du mouvement du logiciel libre !

Les membres suivants de la Gnome Foundation font partie des signataires principaux de la pétition anti-RMS :

Habituellement, je ne me déciderais pas à lister des noms, mais Neil et Molly sont deux des personnes avec des droits de tirage/poussage/revue sur le site GitHub anti-RMS. Il me paraît important de les mentionner ; notez également qu’ils sont membres du projet Debian.

Coraline Ada Ehmke (Fondatrice, Organization for Ethical Source)

Coraline est la fondatrice du mouvement Ethical Source. Malgré son nom, il s’agit en fait de distribuer des licenses propriétaires ; propriétaires car elles imposent des restrictions sur l’utilisation des logiciels l’utilisant. Si vous utilisez un logiciel publié sous une de ces licenses et l’auteur exprime un désaccord politique avec vous, il peut vous interdire d’utiliser ce logiciel.

Personnellement, je crois en la liberté ! Je veux la liberté pour tout le monde, y compris ceux avec qui je suis en désaccord !

Discriminer selon les croyances personnelles est toujours mal. Pas de si, pas de mais. Je veux que mes opposants politiques soient libres parce que :

Coraline est aussi plutôte abusive en ligne. À plusieurs reprises, elle a terrorisé des entreprises et projets telle une brute. Il y a une chance pour qu’elle vise un jour le projet Libreboot si quelqu’un lui fait vent de cet article.

Cette personne est horrible.

Elle est plus connue pour le Contributor Covenant, un modèle de code de conduite que plusieur projets utilisent. Nous à Libreboot préconisons de ne pas adopter de code de conduite car ils aliènent les nouveaux contributeurs et créent un environnement d’autocensure où les gens n’osent pas exprimer leurs opinions sur les divers problèmes ; comprenez, la liberté d’expression est bénéfique et faire face aux mauvais comportements n’est qu’une question de bon sens. Contributor Covenant est un cheval de Troie ; ils vous l’imposent d’abord, puis ils vous recommandent une license Ethical Source. Une fois que vous prenez votre première dose d’Ethical Source, ils plantent leurs griffes dans votre projet. Ne laissez pas ce genre de personnes infiltrer votre projet !

N’écoutez pas Coraline Ada Ehmke ou quiconque de son camp ! Elle ne tourne qu’à la haine et au préjugé elle-même. Elle est complètement intolérante des opinions des autres personnes et essaye régulièrement d’annéantir les personnes avec qui elle est en désaccord.

Conclusion

C’est tout !

Défendez RMS !

J’ai la flemme d’en rajouter. J’aurais parcouru la liste plus en profondeur, mais je pense que vous comprenez où je veux en venir.

Edit this pageLicenseTemplateAuthorsPeers CommunityDonateBuy preinstalled

Visit stallmansupport.org to learn more about the smear campaigns targeting RMS.

Edit this page | Back to homepage

Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License Version 1.3 as published by the Free Software Foundation with no Invariant Sections, no Front Cover Texts, and no Back Cover Texts. A copy of this license can be found on the GNU website.